Le stress post-traumatique

07/12/2012
Le stress post-traumatique

Alors que les troupes françaises se retirent d’Afghanistan, l’heure est au bilan : 88 morts et 1200 blessés de guerre officiels pour l’armée française. Parmi ces blessés, 400 soldats souffrent de blessures invisibles, la plupart du temps endurées dans le silence : cauchemars à répétition, agoraphobie et agressivité sont le quotidien des personnes atteintes du Syndrome de stress post-traumatique.

Aujourd’hui, le taux de militaires diagnostiqués dans notre armée s’élève à 1% ; il est très inférieur au chiffre de l'armée américaine (20%). Parce que la France ne peut plus ignorer ces blessés « psychiques » , le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé mercredi des mesures en faveur de la prise en charge des militaires français, hommes et femmes, revenus d'Afghanistan avec des blessures psychologiques liées au traumatisme de la guerre. Pour mieux informer les militaires, un numéro vert est mis en place ; il facilitera la reconnaissance médicale du lien direct entre l’opération et la blessure psychique par un médecin militaire. Un guichet unique permettra également de simplifier les démarches pour les victimes confrontées à problèmes médicaux, juridiques et professionnels. La Cellule d’aide aux victimes (CABAT) recevra des moyens supplémentaires.

Même si le monde de l’assurance exclut usuellement la couverture des risques psychiques, le GMPA a entrepris dès 2009 une action déterminée auprès de ses assureurs partenaires pour reconnaître le syndrome post-traumatique comme un accident. L’association a ainsi obtenu début 2010 que, dans les contrats Prévoyance et Emprunteur, les troubles psychiques post-traumatiques consécutifs à un événement en opération soient considérés comme un accident et indemnisés comme tels.

Soucieux d’accompagner les adhérents et leurs familles face aux situations extrêmes, l’association offre par ailleurs à ses adhérents ou leurs ayants droit, un service d’accompagnement social, sans limitation de durée, en complément des prestations versées dans le cadre des contrats de prévoyance.

Crédit photo : Nicolas Mingasson.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire