Bien conduire son projet immobilier

09/10/2017

Bien conduire son projet immobilier

Devenir propriétaire est une envie partagée par de nombreux Français. Quand on se lance dans un projet immobilier, le chemin à parcourir avant d’installer ses cartons est long et parfois semé d’embûches : financement, délais, contraintes, assurances,…nous vous livrons quelques conseils pour vous aider à contourner les pièges, sécuriser votre projet et concrétiser votre rêve.

L’assurance-emprunteur

Indissociable des prêts immobiliers, l’assurance emprunteur couvre l’emprunt : en cas de coup dur, les remboursements des mensualités seront pris en charge par l’assureur. C’est une sécurité pour la personne qui emprunte et également pour l’établissement prêteur, mais il faut choisir son assurance emprunteur judicieusement.

A quoi sert-elle  ?

L'assurance emprunteur sécurise le remboursement du prêt immobilier en cas de :

  • Perte brutale de revenus liée au décès de l’emprunteur,
  • Perte totale d’autonomie,
  • Une invalidité,

Encore faut-il avoir souscrit les garanties suffisantes : pour cela, avant de signer le contrat, l’emprunteur doit bien choisir les garanties dont il a besoin en fonction de sa situation professionnelle et familiale, et d’un minimum imposé par l’organisme de prêt.

Cette assurance comprend :

  • La garantie décès qui est incluse dans tous les contrats : en cas de décès, l’assurance versera le montant du capital restant dû directement à la banque auprès de laquelle il a contracté son emprunt.
  • La garantie d’incapacité, dont l’étendue dépend du contrat souscrit : elle permet la prise en charge du règlement des échéances du prêt jusqu’à ce que l’emprunteur retrouve son travail après une maladie ou un accident.
     

Que faut-il vérifier ?

Quand l’emprunteur a sélectionné les garanties indispensables, il doit vérifier les limitations du contrat :

  • Le délai de carence qui définit une période suivant la souscription, au cours  de laquelle certaines garanties ne s’appliquent pas.
  • Le montant des prestations versées en cas d’incapacité de travail, notamment partielle, et d’invalidité: elles peuvent différer d’un contrat à l’autre.
  • Les exclusions : ce point est important pour les militaires, pompiers, policiers qui effectuent des métiers à risques puisqu’en général, les professions dangereuses et les sports extrêmes ne sont pas couverts.
     

Qui choisir ?

Depuis 2010, l’emprunteur n’est plus obligé de souscrire son assurance de prêt auprès de la banque qui fournit l’emprunt, et peut la souscrire auprès de tout autre organisme, dès lors que les garanties sont équivalentes à celles proposées par la banque : c’est la délégation d’assurance. Il est donc possible pour l’emprunteur de trouver une assurance emprunteur adaptée à son profil, à un tarif souvent plus compétitif.

Au moment de négocier son prêt immobilier avec son banquier, l’emprunteur doit l’avertir de son souhait de prendre une délégation d’assurance. Le banquier l’informe alors du contrat proposé par la banque et de l’ensemble des garanties. Quand l’emprunteur a choisi l’organisme qui couvrira son prêt, il doit obtenir l’accord préalable du banquier, qui vérifie l’équivalence des garanties. Le banquier a un délai de 10 jours pour notifier son accord ou son refus. Dans le cas d’un refus, ce dernier doit être motivé par écrit. Si la délégation d’assurance est acceptée, l’assureur fournit alors une attestation d’assurance de prêt à donner au banquier. Le prêt peut être débloqué, en toute sérénité.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire