Le parcours du combattant des surendettés

11/01/2016

Le parcours du combattant des surendettés

Avec la crise, de plus en plus de Français connaissent des fins de mois difficiles et tombent rapidement dans la spirale du surendettement. Encore tabou en France, le surendettement n’est pourtant pas irréversible. Des solutions pour en sortir existent. Explications.

Un état des lieux inquiétant

En France, 3 suicides sur 10 ont pour cause le surendettement. Encore tabou en France, le surendettement touche de plus en plus de personnes : notre pays est celui où le surendettement est le plus fort.
 

Comment commence le surendettement ?

Pour la Banque de France, qui a traité près d’un million de dossiers depuis juillet 2010, le surendettement concerne les personnes qui "ne parviennent plus, malgré leurs efforts et de façon durable, à rembourser leurs mensualités de crédits et/ou plus généralement à faire face à leurs dettes non professionnelles."

Au deuxième trimestre 2015, le niveau d’endettement observé en moyenne pour l’ensemble des dossiers recevables s’élevait à près de 40 800 euros, l’endettement moyen hors dettes immobilières s’établissant à 26 900 euros.

Chiffre-clé

2% d’augmentation du nombre de dossiers de surendettement en 2014.

Qui sont les surendettés ?

Dans son dernier rapport publié en 2014, la Banque de France établissait un profil des surendettés et constatait que la majorité des personnes concernées était dans une situation de fragilité, souvent sans activité professionnelle et touchait dans la plupart des cas des ressources inférieures au SMIC. Très souvent, l’endettement est mixte, combinant des crédits à la consommation et des arriérés de charges courantes. Globalement, les difficultés financières rencontrées par les personnes surendettées sont assez récentes, datent de moins d’un an et peuvent trouver leur cause dans la succession de plusieurs événements imprévisibles.

Témoignage

Thierry V. a 39 ans. Employé du secteur privé, il a connu la spirale du surendettement et en est sorti aujourd’hui :

"Jamais je n’aurais pensé devenir un surendetté. Pour moi, un surendetté était une personne qui jouait à des jeux d’argent et ne pouvait plus faire face aux dépenses du quotidien. Mais en réalité, le surendettement est un trou dans lequel on glisse progressivement, sans en prendre conscience. Ma femme et moi avons acheté notre maison en banlieue parisienne. Nous travaillons tous les deux dans le secteur privé et nous n’avons jamais fait attention à nos dépenses : ma fille faisait du cheval et de mon côté je consacrais chaque mois un joli budget à ma passion des vieux jouets. Je pensais que tout allait bien ! Puis les factures ont commencé à s’accumuler : nous avons pris des crédits à la consommation pour pouvoir les payer et là tout s’est enclenché. Au bout de quelques mois, nous étions pris au piège et il a fallu se rendre compte que nous ne pouvions plus faire face. Comme nous ne payions plus, l’eau nous a été coupée à plusieurs reprises, mon banquier m’appelait sans cesse. Nous avons été obligés de déposer un dossier de surendettement. Un plan nous a été proposé : nous avons vendu notre maison et sommes désormais en location. Nous avons remboursé nos crédits à la consommation avec notre capital issu de la vente et aujourd’hui nous ressortons la tête de l’eau. Je sais désormais que je dois modifier mon comportement et maîtriser davantage mes dépenses pour que mon train de vie soit en adéquation avec mes revenus. Je ne souhaite plus tomber dans le surendettement, cette période de ma vie a été très douloureuse."

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire