Le parcours du combattant des surendettés

11/01/2016

Le parcours du combattant des surendettés

Avec la crise, de plus en plus de Français connaissent des fins de mois difficiles et tombent rapidement dans la spirale du surendettement. Encore tabou en France, le surendettement n’est pourtant pas irréversible. Des solutions pour en sortir existent. Explications.

Des causes multiples

Les causes du surendettement ont pu être regroupées en cinq groupes :

  • La perte d’un emploi : pour presqu’un quart des surendettés, c’est la perte de leur emploi qui dégrade l’équilibre de leur budget. Cela concerne surtout les couples avec des enfants, qui malgré une forte implication dans la gestion de leur budget, ne parviennent pas à rééquilibrer leurs comptes et finissent dans la spirale du surendettement.
  • Les budgets contraints : ces parcours se caractérisent par des situations de travail précaires ou d’inactivité, des difficultés financières qui perdurent ou reviennent fréquemment. Ces personnes ne sont pas impliquées dans le suivi de leur budget et succombent ponctuellement aux achats "coup de tête" qui fragilisent encore plus leur situation.
  • Le recours banalisé au crédit : malgré des situations professionnelles et personnelles stabilisées, les dépenses s’accumulent, entraînant une multiplication des crédits au fil des événements de la vie.
  • L’entraide générationnelle : alors que la durée des études a tendance à s'allonger, et que l'insertion professionnelle des jeunes est compliquée, les enfants restent plus longtemps à la charge de leurs parents, alors que parallèlement, le montant des retraites stagne. Les plus de 65 ans ont également tendance à apporter une aide financière à un membre de leur famille en recourant au crédit après avoir épuisé leur épargne.
  • La conjonction d’événements de vie : divorce, perte d’un conjoint. Face à ce type d’événements, les revenus diminuent et des frais s’ajoutent souvent. La plupart du temps, les personnes recherchent des aides extérieures et recourent aux crédits pour s’en sortir. Or, la multiplication des crédits à la consommation associée à un crédit immobilier trop lourd peut faire plonger rapidement dans le surendettement. Les crédits renouvelables sont montrés du doigt dans le phénomène du surendettement. Trop facile d’accès, avec des taux d’intérêt très élevés, le crédit revolving est qualifié par certains de crédit revolver : incité par la publicité et séduit par des établissements de crédit peu scrupuleux, le consommateur multiplie les cartes de crédit jusqu’au jour où il ne peut plus faire face à ses échéances.

Chiffre-clé

230 000 dossiers : c’est en moyenne, le nombre de dossiers enregistrés chaque année par les commissions de surendettement, sur les cinq dernières années.

Le fichier positif définitivement enterré

Il devait être un outil de lutte contre le surendettement, finalement, il ne verra pas le jour : le projet de fichier, qui devait répertorier l’ensemble des crédits détenus par un particulier, a été abandonné, jugé comme une atteinte à la vie privée des citoyens.

Ce registre aurait contenu les données personnelles de plus de 12 millions de personnes, consultables par plusieurs dizaines de milliers d’employés d’établissements de crédit. Mesure phare de la loi Hamon sur la consommation, ce fichier aurait permis de lutter contre le surendettement en détectant en amont les ménages à risques et en bloquant le recours aux multiples crédits.  

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire