Le parcours du combattant des surendettés

11/01/2016

Le parcours du combattant des surendettés

Avec la crise, de plus en plus de Français connaissent des fins de mois difficiles et tombent rapidement dans la spirale du surendettement. Encore tabou en France, le surendettement n’est pourtant pas irréversible. Des solutions pour en sortir existent. Explications.

Sortir du surendettement

Pour redresser une situation de surendettement, le mieux est de ne pas rester emmuré dans le silence et d’agir :

  • Il est conseillé de se rendre au Centre communal de l’action sociale de sa municipalité ou de prendre rendez-vous avec l’assistante sociale de son unité. Après étude des raisons du déséquilibre, elle peut envisager des manières de sortir de cette situation d’endettement, en recherchant par exemple les dépenses superflues. Ensuite, elle prend contact avec les différents créanciers, afin d’obtenir de façon amiable un échelonnement des sommes dues. De cette façon, les ménages surendettés pourront retrouver un équilibre.
     
  • Le rachat de crédit est également une piste pour sortir du surendettement surtout lorsque les taux d’intérêt proposés sont plus bas que celui souscrit initialement. Il est utile de racheter plusieurs crédits pour n’en faire qu’un seul auprès d’un organisme unique : les mensualités sont allégées car elles sont recalculées en fonction des revenus du ménage et donc réactualisées. Mais attention : si le rachat de crédit est une bulle d’oxygène à court et moyen terme, au final, le crédit global coûte plus cher.
     
  • Si cette démarche ne suffit pas, il faut remplir un dossier auprès de la commission de surendettement, qui se trouve dans les antennes départementales de la Banque de France. La commission recherche une solution individuelle à chaque dossier. Pour cela, elle se lance dans un décompte précis de toutes les dettes et des revenus. Elle sollicite différentes administrations comme le fisc, la sécurité sociale et la CAF pour vérifier que la personne surendettée est de bonne foi. Elle propose ensuite un plan de redressement qui fixe un montant minimum suffisant pour que le débiteur subvienne à ses besoins, et la somme qu’il doit rembourser à ses créanciers. Pour y arriver, la commission demande au débiteur de vendre une partie de ses biens personnels pour réduire les impayés. D’un autre côté, elle négocie un taux d’intérêt plus avantageux auprès des créanciers. Le recours à une commission de surendettement n’est pas un acte à prendre à la légère : la constitution d’un dossier entraine automatiquement l’inscription du surendetté au Fichier national des incidents de remboursements de crédits aux particuliers et après un plan de redressement, le débiteur ne pourra pas souscrire de nouveaux crédits pour une période maximale de 10 ans.
     
  • Ne pas hésiter à se faire aider par l’une des nombreuses associations qui soutiennent les personnes en difficulté financière. A Paris, le Point Solutions Surendettement ou P2S a vu le jour en 2012 sur l’initiative du Crédit municipal de Paris. Service d'accompagnement gratuit et confidentiel des personnes surendettées, cette plateforme expérimentale, une première en France, pourrait être déployée à l'échelle nationale. Elle s'adresse à toutes les personnes qui ont déposé un dossier auprès de la commission de surendettement de la Banque de France et qui, par la suite, ont été reconnues en situation de surendettement et leur apporte une aide technique, notamment dans leurs démarches de remboursement de leurs dettes.
     

Un jeu de société pour éduquer

Créé par l’association Crésus, Dilemme® est un jeu de plateau amusant et formateur, visant à sensibiliser aux questions liées à la gestion budgétaire. Lors d’une partie sont abordés les avantages et risques des différents moyens de paiement, des banques, des assurances et du crédit dans une logique d’échanges et de responsabilisation individuelle et collective. Conçu et développé en étroite coopération avec les acteurs de terrain, le programme d’éducation budgétaire et financière Dilemme® constitue un outil pédagogique et ludique dont la vocation est de former les citoyens consommateurs de demain !

Adressé aux jeunes de 15 à 25 ans principalement, le jeu permet de rassembler des jeunes, des professionnels volontaires de la banque et de l’assurance ainsi que des intervenants du monde social, et de proposer un moment d’échanges, de partages et de convivialité entre des mondes qui ne se croisent que trop rarement. Il permet alors de désacraliser la banque et l’assurance pour des personnes pouvant être en rupture avec ces institutions.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire