Prévenir pour ne plus soigner

29/03/2016

Prévenir pour ne plus soigner

Le système de santé en France semble être dans une impasse. Aujourd’hui, les réformes de l’Assurance-Maladie se succèdent mais le financement de notre système n’est pas garanti pour les années à venir. Face à ce constat alarmant, la prévention apparaît comme une solution miracle qui permettrait de réduire de nombreuses dépenses de santé. Mais peut-on réellement passer d’un système curatif à un système préventif ?

La prévention au quotidien comme solution

Pour endiguer tous ces problèmes et relancer notre système de santé à bout de souffle, plusieurs mesures sont étudiées afin de gagner en efficacité sans diminuer la qualité des prestations. Parmi elles, la prévention apparaît comme une réelle solution : d’un système centré sur la maladie, il faut évoluer vers un système centré sur la personne. La santé doit sortir des hôpitaux et être développée dans les écoles, les entreprises, les clubs de sports. Elle doit investir le quotidien pour :

  • Réduire de nombreuses dépenses de santé
  • Offrir aux patients de plus grandes chances de guérison grâce à une prise en charge plus précoce

La prévention existe déjà dans d’autres domaines. Dans le domaine de la santé, elle est également ancienne. Pourtant, aujourd’hui, la France a du mal à passer à un système préventif.

D’autres pays ont déjà entamé le changement : aux Etats-Unis, la réforme de santé, l’Obamacare, impose des visites obligatoires chez le médecin généraliste, dans le cadre d’un programme de prévention et de détection.

Cette idée de visite annuelle médicale obligatoire est reprise par l’institut de la protection sociale (IPS), qui y voit un moyen évident d’aider les patients dans le dépistage de maladies et de réduire les coûts pour la Sécurité sociale. Pour Bruno Chrétien, président de l’IPS, "cette notion de contrôle obligatoire s’applique aux véhicules à travers le contrôle technique, afin d’éliminer des sources d’accident ou de nuisance. Cette obligation que nous acceptons pour notre voiture devrait être également admise pour notre santé."


La prévention, quels sont les moyens ?

Les défenseurs de la prévention prônent désormais une médecine des 4P :

  • Préventive : il faut mettre en place des méthodes et des traitements qui permettent d’éviter ou diminuer les risques de développer certaines maladies.
  • Prédictive : utiliser le profil génétique pour identifier les risques individuels de développer certaines maladies.
  • Personnalisée : chaque individu est unique et possède des caractéristiques propres qui doivent être prises en compte
  • Participative : le patient devient acteur à 100% de sa propre santé.

La prévention implique un changement de comportement de chaque citoyen : les maladies cardio-vasculaires sont responsables de 180 000 décès par an et constituent un enjeu de santé publique majeur. Si ces maladies sont en partie liées à des causes génétiques, leurs risques peuvent être minimisés par un comportement vertueux et responsable :

  • Une alimentation équilibrée
  • Une pratique sportive
  • Un suivi médical régulier
  • ...

Le patient devient ainsi acteur de sa propre santé. Cette nouvelle tendance est déjà en marche puisque de plus en plus de patients arrivent en consultation en ayant déjà effectué des recherches sur leur pathologie via internet et les nouvelles technologies.

Prévention pour vieillir en bonne santé

À Montpellier, la Maison de Santé des 4P est le premier centre médical de prévention français pour vieillir en bonne santé. Proposée par un collège de médecins généralistes et spécialistes, la Maison de Santé MS4P vise à optimiser la santé de ses patients aujourd’hui pour prévenir demain les principales maladies chroniques ou leurs complications lorsqu‘elles sont déjà présentes et de favoriser ainsi une meilleure qualité de vie et un vieillissement actif en bonne santé.

Le patient est invité à devenir acteur de sa santé et à agir sur 5 domaines de notre mode de vie : nutrition, activité physique, sommeil, gestion du stress et addiction.

Prévention santé et sécurité sociale

E-Santé : la digitalisation de la santé au service de la prévention

La révolution technologique offre les moyens de mettre en œuvre cette médecine préventive grâce à :

  • Des moyens d’information via internet
  • Des applications mobiles pour accroître le bien-être ou suivre sa santé
  • De la télémédecine pour éviter une consultation chez le médecin.
  • Un meilleur suivi des maladies chroniques : le diabète par exemple touche près de 3 millions de Français et le coût de la prise en charge a augmenté de 20 % en 5 ans pour avoisiner les 15 milliards d'euros par an. Grâce à la e-santé, les diabétiques pourraient mesurer le taux de glycémie plus facilement, mieux suivre leur traitement grâce à un rappel de prise de médicament, être mieux renseigné sur les gestes à faire.

Dans quelques années, les médecins prescriront des applications pour smartphone mais pour l’heure les réticences sont encore dures à abattre et soulèvent de nombreuses questions :

  • La e-santé pourra-telle réellement changer les habitudes quotidiennes des individus ?
  • L’engouement sera-t-il uniquement passager ?
  • Les mesures et applications sont-elles fiables ?
  • Sommes-nous prêts à confier nos donner à des machines ?
  • Quelle sécurité pour ces données ?
  • La surveillance à distance va-t-elle augmenter ou diminuer l’isolement de certains patients ?
  • Est-ce que ces dispositifs seront accessibles à tous ?

Malgré toutes ces interrogations, de nombreuses assurances et complémentaires santé ont choisi d’investir dans les nouvelles technologies pour offrir à leurs clients des moyens de prévention toujours plus innovants.

1 Commentaire

J'ai passé un test à l'effort et visite cardio demandé par mon médecin traitant. Un matériel neuf très performant, de très bons conseils pour ma tension élevée et prise en charge totale entre ma sécu et mutuelle à l'époque. Plus de rdv possible pour un nouvel examen je ne comprend pas.

Ajouter un commentaire