Prévenir pour ne plus soigner

29/03/2016

Prévenir pour ne plus soigner

Le système de santé en France semble être dans une impasse. Aujourd’hui, les réformes de l’Assurance-Maladie se succèdent mais le financement de notre système n’est pas garanti pour les années à venir. Face à ce constat alarmant, la prévention apparaît comme une solution miracle qui permettrait de réduire de nombreuses dépenses de santé. Mais peut-on réellement passer d’un système curatif à un système préventif ?

Les assureurs et la prévoyance santé

A l’heure où les objets connectés envahissent le quotidien, les assureurs multiplient les initiatives dans le domaine de la prévention santé : ils sont de plus en plus nombreux à prendre en charge le remboursement de certaines prestations, destinées à prévenir les risques de maladie, en complément des actions initiées par la Sécurité sociale. L’objectif est simple : faire en sorte que les assurés soient en meilleure santé pour minimiser les probabilités de maladies et éviter de lourdes dépenses de soins à venir.

Depuis plusieurs années, l’Assurance-Maladie développe les campagnes de prévention :

  • Des bilans de santé sont offerts à certaines tranches de la population comme les enfants ou les 10-15 ans.
  • Un examen personnalisé est également proposé aux adultes, en fonction de leur âge, de leurs antécédents familiaux, de leurs habitudes de vie, afin de faire le point sur leur santé et privilégier ainsi la prévention.
  • Vaccination de l’ensemble de la population : pour les enfants, le vaccin Rougeole, Oreillons, Rubéole, est remboursé à 100% jusqu’à 17 ans. Pour les adultes, une liste des vaccins pris en charge est fixée par l’Assurance maladie. Pour les plus âgés, le vaccin contre la grippe saisonnière est pris en charge à 100%.
  • Dépistage du cancer du sein : une mammographie est gratuite tous les 2 ans pour toute femme de 50 à 74 ans.
  • Dépistage néonatal de certaines maladies graves d’origine génétique.
  • Dépistage de l’ostéoporose.
  • Sevrage du tabac, avec le remboursement de substituts nicotiniques, pour un montant annuel de 50 euros.

Face à cette démarche volontariste, les assurances et les complémentaires santé se positionnent dans la prise en charge de ces actes de prévention. Les contrats responsables remboursent au minimum deux actes de prévention, listés par l’Assurance maladie.

Parmi les plus courants, on trouve

  • Les soins de médecine douce, comme l’homéopathie, l’ostéopathie, la diététique.
  • Les dépistages du cancer du côlon et cancer de l’utérus apparaissent de plus en plus dans les garanties proposées par les assurances.
  • Plus original, la formation aux gestes de premier secours est également dans les contrats des assureurs et des complémentaires santé : chaque année, 14 000 vies pourraient être sauvées si les gestes de premiers secours étaient mieux maîtrisés. En permettant à leurs assurés de bénéficier d’une formation, les assureurs favorisent la sensibilisation et l’implication de chacun dans la prévention.

Aujourd’hui, les assureurs investissent dans la prévention, domaine qui reste en France laissé pour compte. Campagne publicitaire, applications mobiles, tous les moyens sont bons pour favoriser la prévention. Les avantages sont évidents : une maladie découverte précocement se soignera mieux et coûtera donc au final moins cher. En innovant dans la prévention, les assurances et leurs clients sont dans une relation gagnant-gagnant.

Assureurs et prévention santé

Le GMPA s’engage dans la prévention

Les adhérents du GMPA peuvent désormais bénéficier de l’application mobile Mieux vaut prévenir, sans frais supplémentaire. Depuis les premiers symptômes jusqu'à la guérison, ce carnet de santé intelligent conserve tout pour vous. Vos informations médicales sont à portée de main en permanence : vous pouvez y mentionner vos rendez-vous médicaux et vos traitements, l’application vous le rappellera le moment venu. Vous pouvez également y consigner tous vos symptômes, en vue de la consultation chez votre médecin, afin de ne rien oublier. Les données de santé sont hébergées sur des serveurs spécialisés qui bénéficient d'un agrément du Ministère de la Santé. Les échanges sont sécurisés et les transferts de données entre votre téléphone et le serveur qui les héberge sont systématiquement encryptées. L’accès est strictement contrôlé et vous êtes le seul propriétaire de vos données. Aucune personne ne peut y accéder sans votre accord. Vous pouvez également gérer la santé de vos enfants puisque les adhérents du GMPA bénéficient d’un accès exclusif à des modules de suivi gynécologique et petite enfance, des fiches de prévention et conseils pour minimiser les risques de maladie.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire