Pictogramme orange représentant une silhouette avec un bras cassé symbolisant la santé

Comment détecter le cancer de la peau ?

18/06/2015

Avec plus de 80 000 nouveaux cancers détectés chaque année en France, le cancer de la peau est aussi l'un de ceux qui se soigne le mieux. Sa principale cause est liée à une exposition prolongée aux rayons du soleil. 

Avant d’aborder la question du dépistage, il est utile de rappeler ce qu’est la peau et ce qui la constitue. Chez l’Homme et la plupart des mammifères, la peau est un véritable tissu qui couvre le corps. On estime sa surface à 2m² en moyenne pour un adulte, avec un poids qui varie selon le sexe : la peau pèse en moyenne 2 kg chez les femmes et jusqu’à 5 kg chez les hommes.

Comme les autres tissus du corps, la peau est formée de cellules qui varient en taille et en caractéristique, selon qu’elles se trouvent dans l’épiderme (la partie extérieure), dans le derme (la partie intermédiaire), ou dans l’hypoderme (la partie profonde, intérieure).

Comme toutes les autres cellules du corps, les cellules de la peau ont un cycle de vie qui varie selon le type. C’est dans ce contexte cellulaire que des modifications peuvent apparaitre avec la formation de cellules anormales (tant dans leur taille que dans leur métabolisme) et qui vont être les éléments constitutifs des cancers.

C’est parce que la peau est un tissu vivant qu’il est le siège de cancers. S’il n’était qu’une simple enveloppe inerte, il n’y aurait pas de cancers.

 

Les deux catégories de cancers de la peau


On distingue 2 catégories de cancers :

  • Les non-mélanomes
  • Les mélanomes

Ces deux catégories ont un point commun quant à leur survenance : l’exposition au soleil et donc aux effets des rayons ultra-violets, les UVA et les UVB. Certaines peaux sont plus sujettes que d’autres à l’apparition de cancers : les peaux très blanches, chez les blonds et les roux, chez les porteurs de nombreux grains de beauté. Les cancers de la peau surviennent de préférence sur les parties "découvertes", plus exposées au soleil, en particulier l’été : la tête, le buste, les bras, les mains, les jambes mais ils peuvent apparaitre sur n’importe quelle partie du corps. 50% des personnes de plus de 65 ans feront un cancer de la peau.

Il est important de savoir que l’effet de soleil et des rayonnements est cumulatif au fur à mesure des expositions. Ainsi, des enfants qui auront été fréquemment exposés, avec des épisodes de "coups de soleil" plus ou moins prononcés, seront plus tard sujets à des cancers de la peau. De même que pour les personnes qui utilisent les cabines de bronzage.

 

Les non-mélanomes

les cancers non-mélanomes sont considérés comme bénins. On les distingue en deux catégories :

  • Les carcinomes basocellulaires : ils représentent 90% de tous les cancers de la peau. La plupart du temps, il s’agit de petites tumeurs rosées qui ne guérissent pas. On les retrouve en particulier sur le visage.
  • Les carcinomes spinocellulaires : si leur aspect est proche des basocellulaires, ils se différencient par leur capacité à provoquer des métastases : les cellules cancéreuses de la lésion initiale, véhiculées par le sang, se logent dans d'autres parties du corps. Cette complication est cependant peu fréquente.

Les mélanomes

Il s’agit de tumeurs malignes - c’est-à-dire qu’elles présentent un indice élevé de gravité allant jusqu’à mettre en péril les fonctions vitales - responsables de plus de 75% des décès par cancer de la peau.

Les mélanomes apparaissent plutôt sur les membres inférieurs chez les femmes et sur le tronc pour les hommes.

 

Dépister les mélanomes pour prévenir le cancer


La forme la plus fréquente est celle d’un grain de beauté suspect qui change de forme et de couleur, devient gênant, à tendance à saigner, de contour irrégulier. Il peut s’agir aussi d’un nouveau grain de beauté mais dont la taille et les caractéristiques de couleur et de forme retiennent l’attention.  Toute anomalie, ainsi que tout nouveau grain de beauté doit inciter à consulter le médecin.

Après examen direct avec un dermatoscope (une sorte de loupe qui permet de visualiser la peau avec un fort grossissement) ou après l’avis d’un spécialiste dermatologue, le médecin décidera d’une biopsie. Celle-ci est effectuée en milieu chirurgical. Elle permettra de disposer soit de quelques cellules, soit d’un morceau de la tumeur. Un examen au microscope permettra alors de déterminer les types de cellules présentes et de préciser ainsi la tumeur (mélanome non-mélanome).

 

Quels traitements pour le cancer de la peau et le mélanome ?


Quel que soit le type de cancer, la chirurgie est le principal traitement. L’ablation de la tumeur doit être la plus large possible. S’il s’agit d’un mélanome, il est nécessaire de vérifier l’infestation des relais ganglionnaires.

Cependant, il existe d’autres techniques de traitement :

  • La cryochirurgie : la tumeur est détruite par le froid. il s’agit d’un traitement adapté aux cancers non-mélanomes.
  • La radiothérapie : on y a recours notamment lorsqu’il est particulièrement difficile d’extraire toute la tumeur par la chirurgie conventionnelle.
  • La chimiothérapie, qu’elle soit directement appliquée sur la tumeur ou fasse l’objet d’un traitement par voie générale.
  • L’immunothérapie : c’est le renforcement des défenses immunitaires. Elle peut être d’un précieux secours pour augmenter les capacités de lutte contre les cancers et ainsi venir compléter l’un des traitements ci-dessus.

Le terme de cancer est toujours associé à une notion de danger pour la santé. Les cancers de la peau n’échappent pas à cette appréciation. Il faut quand même distinguer entre les non-mélanomes (bénignes) et les mélanomes (tumeurs malignes), ces derniers représentants un danger réel. Tous ont pour dénominateur commun l’exposition au soleil dont on ne dira jamais assez l’aspect péjoratif lorsqu’on en abuse, surtout sans protection.

 

  • Pour en savoir plus, consultez les conseils santé de la CNMSS : 

 

Auteur : Docteur André Petitet


MédecinDirect, c’est une trentaine de médecins, des conseils personnalisés, et désormais le diagnostic et ordonnance en ligne.

Découvrez MédecinDirect et renseignez votre numéro d’adhérent GMPA pour accéder aux services.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire