Pictogramme

La vaccination contre la grippe, tous les avantages et les risques

23/11/2017

En France, 2 à 8 millions de personnes sont touchées par la grippe et 2 500 en meurent chaque année. Depuis une vingtaine d'années, les taux de vaccination antigrippale restent stables : près d'un Français de plus de quinze ans sur cinq se vaccine. Comme tous les médicaments et produits de santé, le vaccin contre la grippe peut provoquer des effets indésirables. Mais toutes les instances sanitaires s’accordent pour dire que les bénéfices de la vaccination, surtout chez les personnes à risque, surpassent de loin les risques liés à son utilisation.

Comme chaque année au mois d’octobre, le débat sur la vaccination contre la grippe refait surface. Il est parfois difficile de savoir s’il faut se faire vacciner ou pas. Voici quelques informations pour y voir plus clair.


Qu’est-ce que le vaccin contre la grippe ?


La grippe se transmet très facilement par l'inhalation de gouttelettes de salive, de postillons ou d'éternuements émis par une personne infectée. La plupart des malades initialement en bonne santé sont contagieux à partir du jour précédant l’apparition des symptômes et le restent jusqu’à cinq à sept jours après.

Chez une personne en bonne santé, le virus de la grippe provoque en général une grosse fatigue, de la fièvre et des courbatures pendant quelques jours. Il n’existe pas de traitement particulier, seul la prise de paracétamol et le repos sont recommandés. Cependant, chez les personnes dont la santé est fragile, les symptômes peuvent entraîner des complications graves comme une infection pulmonaire ou l’aggravation d'une maladie chronique déjà existante.

Pour protéger ces personnes, il existe un vaccin contre la grippe mis à jour chaque année afin de s’adapter à l’évolution du virus. En effet, la vaccination permet au corps de fabriquer des anticorps contre le virus pour combattre la grippe. Cependant, les études ont montré que le nombre d’anticorps peut diminuer dans l'année suivant la vaccination. Cette diminution touche particulièrement les jeunes enfants, les personnes plus âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli par une maladie ou un traitement.

Par ailleurs, le virus de la grippe a la particularité de changer continuellement. Chaque année, la composition du vaccin contre la grippe est donc modifiée pour s’adapter au nouveau virus.

Pour toutes ces raisons, il est fortement recommandé aux personnes qui ont plus de risques de présenter des complications de se faire vacciner chaque année afin de se protéger. Pour les autres, l'utilité de la vaccination saisonnière reste débattue.

GRATUITé du Vaccin contre la grippe 

Si vous avez plus de 65 ans ou que vous êtes atteint de certaines maladies chroniques (cardiopulmonaires ou obésité par exemple), vous pouvez bénéficier gratuitement du vaccin contre la grippe. 


Pourquoi se faire vacciner contre la grippe ?

En général, le vaccin contre la grippe est bien toléré et son efficacité varie entre 60 % et 90 %. Les bénéfices de la vaccination surpassent largement les risques. Se vacciner contre la grippe sert non seulement à se protéger soi-même du virus, mais il s’agit aussi d’un acte solidaire vis-à-vis de ses collègues et de son entourage proche.

Le vaccin protège deux semaines après l'injection : il ne faut donc pas trop tarder à se faire vacciner pendant l'automne pour être protégé quand la circulation du virus démarrera.

Très peu de contre-indications

Le vaccin contre la grippe a très peu de contre-indications et peut même être utilisé à tous les stades de la grossesse, chez les femmes qui allaitent et chez les enfants à partir de 6 mois. S’agissant d’un vaccin à virus inactivés, il n’y a aucun risque de développer la maladie en raison de l’application du vaccin.

Les seules contre-indications concernent les personnes ayant une hypersensibilité ou une allergie à l’un des composants du vaccin et en particulier à l’œuf, à l’ovalbumine, aux protéines du poulet ou aux antibiotiques (en particulier néomycine ou gentamicine).

Pour éviter tout risque, se référer à la notice et lire attentivement la composition du vaccin et ses excipients. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter votre médecin avant de vous faire vacciner.

Des effets secondaires en général bénins et passagers

Les effets secondaires du vaccin sont en général bénins et disparaissent après 1 ou 2 jours sans traitement. Les effets rapportés sont la plupart du temps des maux de tête, des sueurs, des douleurs musculaires ou articulaires, de la fièvre, une sensation de malaise, des frissons, de la fatigue ou encore des réactions au site d’injection (rougeur, gonflement, douleur, induration).

Des précautions utiles

Pour éviter toute surprise ou désagrément, il est conseillé de :

Attendre 15 minutes avant de quitter l’endroit où le vaccin a été administré et, en cas de symptômes, informer immédiatement le professionnel de santé ayant administré le vaccin pour recevoir un traitement si nécessaire.

  • Une fois à la maison, appliquer une compresse froide en cas de rougeur ou gonflement sur le site d’injection.
  • En cas de douleur ou fièvre, prendre un antalgique de type paracétamol.

Y-a-t-il des risques à se faire vacciner contre la grippe ?

L’immunité du vaccin saisonnier contre la grippe n’a rien à voir avec celle de la grippe elle-même. Celle du vaccin est modeste et éphémère : elle ne protège qu’à 60% contre la maladie puisque la probabilité de contracter la grippe est divisée par 2, et ne dure que 6 à 12 mois contrairement à l’immunité par le virus de la grippe qui dure toute la vie. C’est pourquoi les autorités sanitaires recommandent de répéter la vaccination tous les ans, même si les virus utilisés sont identiques deux années de suite.

Vacciner réduirait l’immunité

Les recommandations officielles de vaccination antigrippale concernent les personnes de plus de 65 ans ou atteintes d’une maladie chronique. Cependant, pour le reste de la population en bonne santé peu exposée au décès d’origine grippale, le vaccin les prive de l’opportunité de contracter une grippe qui induirait une immunité puissante et durable, en particulier pour leurs vieux jours.

Ne pas se faire vacciner c’est prendre le risque de contracter le virus de la grippe, mais surtout cela permet de construire sa propre immunité. En gardant en mémoire les précédents virus de la grippe, le système immunitaire pourrait mieux se défendre et d’adapter plus facilement aux nouvelles modifications du virus chaque hiver.

Ce phénomène de mémoire immunitaire durable et étendue ne suffit pas à éviter tous les décès chez les personnes âgées et les insuffisants respiratoires ou cardiaques, mais il contribue fortement à les limiter.

Une inefficacité non négligeable

Du fait de sa fabrication lancée 6 mois avant l’épidémie, le vaccin contre la grippe n’est pas toujours adapté aux virus qui seront effectivement responsables de l’épidémie. Parfois, le virus circulant s’est révélé différent de celui choisi pour le vaccin. Ce problème inévitable survient régulièrement et réduit l’efficacité du vaccin.

Un risque de maladie auto-immune ?

Les vaccins sont souvent soupçonnés d’être responsable de l’apparition de certaines maladies auto-immune comme la sclérose en plaques par exemple. Cependant, le vaccin contre la grippe a la particularité de ne pas être un vaccin vivant, il n’est donc pas contre-indiqué dans les populations à risque de faire une maladie auto-immune. Même s’il stimule le système immunitaire, il le fera de façon bien moins intense que la grippe elle-même.


Vaccin ou pas : comment prévenir la grippe ?

La grippe, comme les autres virus hivernaux, se transmet par des gouttelettes : gouttelettes émises lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue, gouttelettes présentes sur ses mains ou dans sa salive, gouttelettes présentes sur des objets contaminés (poignées de portes, jouets, mouchoirs…) ou dans l’air.

Pour se prévenir de la grippe, en plus du vaccin, certains gestes simples suffisent :

  • Se laver les mains régulièrement avec du savon et de l’eau ;
  • Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique et les jeter régulièrement dans une poubelle avec un couvercle. Se couvrir le nez et la bouche avec un mouchoir en papier chaque fois que vous éternuez ou toussez, et ne cracher que dans un mouchoir en papier ;
  • Porter un masque chirurgical (en vente dans les pharmacies) lorsque vous êtes malade ;
  • Eviter les contacts (serrer les mains, embrasser, partager des objets…) ;
  • Aérer son logement chaque jour.

 

En savoir plus sur :

 

Auteur : Docteur Lewandowski


MédecinDirect, c’est une trentaine de médecins, des conseils personnalisés, et désormais le diagnostic et ordonnance en ligne.

Découvrez MédecinDirect et renseignez votre numéro d’adhérent GMPA pour accéder aux services.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire