Pictogramme orange représentant une silhouette avec un bras cassé symbolisant la santé

L’épreuve d’effort en cardiologie

19/11/2015

Notre cœur est une puissante pompe : à chaque seconde, il envoie le sang à travers nos artères vers tous nos tissus et nos organes afin de leur apporter l’oxygène et les éléments nutritifs nécessaires à leur fonctionnement. Afin de vérifier le bon fonctionnent de notre système cardio-vasculaire, le cardiologue dispose d’un examen simple, fiable et non invasif : l’épreuve d’effort.


Comment fonctionne notre cœur ?

Le cœur est un muscle dont l’approvisionnement en sang, chargé d’oxygène et de nutriment, est assuré par les artères coronaires.

Chaque battement cardiaque est généré par une impulsion électrique qui naît dans une structure particulière appelée le nœud sinusal (c’est lui qui donne le rythme, le pouls) puis se propage aux différentes parties du cœur pour entraîner la contraction. Chaque personne à un rythme (pouls) qui lui est propre, habituellement entre 60 et 80 battements par minute.

Lors d’un effort physique, les besoins en oxygène de nos muscles augmentent : la force et le rythme de notre cœur augmentent afin de satisfaire ces besoins. Ce mécanisme nécessite l’intégrité des différentes structures : muscle cardiaque, artères coronaires et système électrique.


Dans quel but fait-on une épreuve d’effort ?

En vous demandant de faire un exercice physique comme pédaler sur un vélo ou marcher/courir sur un tapis de course, le cardiologue cherche à analyser l’impact de l’effort sur le fonctionnement du cœur et ainsi démasquer certaines pathologies :

  • Une obstruction des artères coronaires par des plaques de cholestérol qui rendrait l’apport en oxygène au muscle cardiaque insuffisant, générant les douleurs de l’angine de poitrine (insuffisance coronarienne). Lorsque cette obstruction est totale, les cellules cardiaques meurent : c’est l’infarctus du myocarde.
  • Le rythme du cœur peut être anormal : trop rapide (tachycardie), trop lent (bradycardie) ou encore irrégulier (fibrillation). On parle alors d’arythmie cardiaque.

Ainsi, cet examen est fréquemment demandé par le cardiologue :

  • Pour rechercher la cause d’une douleur thoracique, surtout si l’on suspecte une insuffisance coronarienne, c’est-à-dire une obstruction des artères coronaire
  • Dans le cadre du suivi après un infarctus ou une opération cardiaque
  • Pour rechercher ou diagnostiquer des troubles du rythme cardiaque
  • Pour évaluer l’aptitude au sport ou à un travail après 40 ans Il peut également prescrit en cas d’atteinte des valves cardiaques, d’hypertension artérielle ou pour évaluer l’efficacité de certaines traitements pour le cœur.

Comment se préparer à l’épreuve d’effort ?

Le jour du test à l’effort :

  • Ne venez pas à jeun mais évitez un repas trop copieux dans les deux heures qui précèdent le test
  • Prenez vos médicaments habituels, sauf recommandations de votre médecin
  • Habillez-vous de manière à être à l’aise: survêtement, chaussure de sport (si possible)
  • Dans la mesure du possible, ne fumez pas dans les 2 heures qui précèdent le test.

Comment se déroule une épreuve d’effort ?

L’épreuve d’effort se déroule en ambulatoire, à l’hôpital ou en clinique, en présence d’un cardiologue et d’une infirmière.

En arrivant, le médecin vérifiera avec vous l’absence de contre-indication à la réalisation du l’épreuve d’effort et vous informera sur les différentes étapes du test.

Une infirmière mettra en place les dispositifs de surveillance et d’enregistrement. Pour cela, elle vous demandera de vous mettre torse nu (pour les hommes) ou en soutien-gorge (pour les femmes) afin de placer les électrodes autocollantes de l’électrocardiogramme (mesure de l’activité électrique du cœur) et le brassard permettant de mesurer la tension artérielle.

Une première mesure est réalisée au repos : tension artérielle, fréquence cardiaque (pouls) et électrocardiogramme (ECG).

L’épreuve d’effort peut alors commencer, le patient est invité à fournir un effort physique d’intensité croissante soit en marchant / courant sur un tapis de course, soit en pédalant sur un vélo.

Tout au long de l’effort la tension artérielle, le pouls et l’activité électrique du cœur sont surveillés et enregistrés. Idéalement, l’intensité de l’effort sera augmentée par pallier jusqu’à l’effort maximal que le patient puisse fournir. Durant toute la durée du test, il est très important de signaler l’apparition de tout symptôme : douleur, malaise, étourdissement, oppression...

A la fin de l’effort, le cardiologue poursuit la surveillance afin d’apprécier la capacité de récupération et le retour à la normal des différents paramètres.

Le test dure habituellement 10 à 30 minutes, il sera interrompu en cas de douleur, de malaise, de fatigue importante ou si les paramètres surveillés montrent des anomalies : tension artérielle trop basse ou trop élevée, arythmie cardiaque, souffrance du muscle cardiaque (anomalies à l’ECG).


Quels sont les risques de cet examen ?

Le test d’effort est réalisé dans un environnement sécurisé en présence d’un personnel qualifié et de matériel de réanimation selon des normes établies par la Société Française de Cardiologie. Les incidents sont peu fréquents (malaise, chute, troubles du rythme cardiaque...) et les complications graves exceptionnelles.


Après l’épreuve d’effort

À la fin du test, il n’y a pas de recommandation particulière, vous pouvez vous rendre à votre travail, faire du sport ou vaquer à vos activités habituelles.

Si le test a révélé des anomalies, le médecin pourra vous prescrire un traitement adapté ou vous demander de réaliser d’autres examens complémentaires.

L’épreuve d’effort, ou test d’effort, est donc une technique simple, non invasive, qui permet au cardiologue d’obtenir des informations précises sur le fonctionnement du cœur et d’envisager des traitements spécifiques en cas d’anomalies constatées.

 

Auteur : Docteur Julie Rigaut


MédecinDirect, c’est une trentaine de médecins, des conseils personnalisés, et désormais le diagnostic et ordonnance en ligne.

Découvrez MédecinDirect et renseignez votre numéro d’adhérent GMPA pour accéder aux services.

2 Commentaires

J'ai 80 ans. Je pratique la marche à un bon rythme chaque jour une heure durant. Un cardiologue me propose une échographie à l'effort. D'après le cardiologue d'un ami on ne devrait pas pratiquer cet examen après 75 ans. Qu'en est-il ? Merci de votre réponse
Bonjour, nous vous invitons à créer votre compte MédecinDirect sur le site www.medecindirect.fr pour saisir votre question sur la plateforme afin qu'un médecin puisse apporter vous une réponse personnalisée.

Ajouter un commentaire