Foire aux questions

Pages

J’ai entendu parler de Tégo et de Fortégo. Je ne comprends pas quelle est la différence entre ces deux entités ?

Tégo est une fédération composée de 6 membres qui couvrent l'ensemble des domaines de la protection sociale (santé, prévoyance, retraite et épargne) et de l'assurance de biens avec des acteurs reconnus oeuvrant depuis plus de 60 ans auprès de la communauté de Défense et de Sécurité. Elle regroupe :

  • le GMPA ;

  • l'AGPM ;

  • la Mutuelle d'Assurance des Armées la MCDef ;

  • la Mutuelle Épargne Retraite ;

  • la Prefon. 

Suite à l'avis d'appel d'offres du ministère des Armées, 3 membres de la Fédération Tégo ont décidé d'unir leurs compétences pour y répondre ensemble.
Le GMPA, l'AGPM et la MCDEF étaient déjà présents sur l'offre précédemment référencée. Ils ont choisi d'appeler "Fortégo" le produit ainsi développé.

Fortégo est un contrat santé-prévoyance référencé par le ministère des Armées. Ce contrat est une protection deux en une : frais de santé, complément de revenus en cas d'arrêt de travail ou d'inaptitude à servir, protection des risques majeurs de l'existence.
 

J'ai téléchargé l'application "Mieux vaut prévenir" et j'ai donné des informations personnelles sur mes proches et moi-même. Les données personnelles sont-elles en sécurité ?

L'application mobile "Mieux vaut prévenir" est un carnet de santé intelligent dans lequel vous pouvez avoir accès, à tout moment, à vos informations de santé : rappels des prochaines consultations, traitements...
Pour utiliser de façon optimale cet outil, vous pouvez également y regrouper vos données de santé, des premiers symptomes à la guérison, et suivre leur évolution.
Même si vous avez la sensation d'avoir partagé beaucoup d'informations sur vous et la santé et de vos enfants, soyez sans crainte.
L'application est 100 % sécurisée et 100 % confidentielle. Vos informations sont stockées sur un serveur agréé "hebergement de données de santé" auquel vous êtes seul(e) à avoir accès. À aucun moment vos données personnelles ne seront utilisées à une autre fin.
 

 

Je souhaite souscrire une assurance dépendance : mon état de santé n’est pas très bon. Est-ce que je risque une surprime ?

Avec une assurance dépendance, vous payez des cotisations tant que vous êtes valide, afin de percevoir, une fois dépendant, une rente qui viendra compléter vos revenus. Pour calculer la prime, l’assureur prend en compte le niveau des rentes et celui des cotisations à verser. L’âge et l’état de santé ont également un rôle à jouer.

En effet, si vous faites face à des soucis de santé, le risque de dépendance est plus important. La cotisation requise sera donc plus élevée. Au moment de souscrire votre contrat, votre assureur vérifiera votre état de santé à travers un questionnaire. Il peut aussi vous demander de passer un examen médical devant un médecin-conseil. L’assureur peut juger que vous présentez un risque de dépendance supérieur à la normale, il peut refuser de vous couvrir ou exiger une surprime.

J’ai emménagé et mon assureur me demande de déclarer la valeur de mes biens. Il distingue bien mobilier et objet de valeur. Quelle est la différence ?

Votre contrat d’assurance multirisque habitation couvre tous les biens présents dans votre logement : ce sont les biens mobiliers. On y retrouve les meubles, l’électroménager, la télévision mais aussi les objets de valeur. Les objets de valeur sont donc des biens mobiliers, dont la valeur estimée est telle qu’ils sont traités de manière séparée dans le contrat. En général, il s’agit de tableaux, de meubles d’époque, d’argenterie. Si leur valeur dépasse plusieurs milliers d’euros, il sera plus intéressant de souscrire une assurance spécifique : en cas de sinistre, l’indemnisation sera plus favorable.

Pour déclarer au mieux la valeur de vos biens, recensez et photographiez tous les objets se trouvant chez vous, pièce par pièce, avec un angle suffisant pour certifier qu’ils se situent bien dans votre domicile. Procédez ensuite à l’estimation des meubles, sans les sous-évaluer, ni les surévaluer car le montant de votre prime risquerait d’être plus élevée sans pour autant être mieux couvert. Si vous rencontrez des difficultés pour estimer vos objets de valeur, vous pouvez solliciter les services d’un commissaire-priseur qui établira un inventaire estimatif.

Ma mère a 71 ans : elle envisage d’ouvrir une assurance vie. Est-ce une bonne idée ?

L’assurance vie peut être souscrite à tout âge. Toutefois, la règle fiscale change aux 70 ans du souscripteur. Les conditions de transmission sont moins intéressantes pour les versements effectués sur le contrat : lors du décès de l’assuré, les sommes investies avant l’âge de 70 ans et versées aux ayants droit bénéficient d’un régime fiscal de faveur. Si le conjoint ou le partenaire pacsé désigné comme bénéficiaire est exonéré de toute taxation, les autres bénéficiaires profitent chacun d’un abattement de 152 500 €.

Passés 70 ans, cet abattement n’est plus que de 30 500 € à partager entre les bénéficiaires. Le solde est réintégré à la succession et soumis aux mêmes droits. Pour votre mère, l’assurance vie reste quand même un produit financier intéressant : les intérêts capitalisés et les plus-values enregistrés sur le contrat sont transmis sans aucune fiscalité.

 

Mon fils s’inscrit à la conduite accompagnée : quel type de contrat d’assurance dois-je souscrire ?

Pour que votre fils puisse conduire votre véhicule, vous devrez étendre l’assurance du ou des véhicules utilisés, mentionnant le nom du ou des accompagnateurs. Cette extension de garanties doit être demandée dès l’inscription à l’auto-école. Elle est obtenue sans surprime.

Attention : votre assureur peut refuser l’extension si la personne désignée comme accompagnateur a été condamnée pour certains délits routiers. Si pendant sa phase d’apprentissage, votre fils a un accident, vous aurez à assumer une partie des dommages causés au tiers ou à votre véhicule, dans la limite de la franchise « conducteur novice » habituellement prévue dans votre contrat d’assurance.

Je viens de déménager. Ai-je des formalités particulières à accomplir auprès de mon assureur ?

Vous devez avertir votre assureur de tous les changements de votre vie qui pourraient impacter votre contrat d’assurance : changement d’adresse, de compte bancaire… Votre assureur pourra ainsi adapter votre contrat à votre nouvelle situation.

Quand vous déménagez, vous devez prévenir votre assureur, par lettre recommandée avec accusé de réception de la date de votre déménagement et de votre nouvelle adresse. N’oubliez donc pas de signaler toutes les modifications entraînées par votre déménagement (changement du nombre de pièces, changement de la valeur du mobilier...). Votre déménagement peut également avoir des conséquences sur les autres contrats d’assurance que vous possédez, comme les assurances moto, auto… Il est donc nécessaire d’en avertir votre assureur.

Si vous êtes adhérent GMPA, vous pouvez vous rendre sur votre espace adhérent où vous trouverez une rubrique « Je déménage » dans laquelle vous pourrez indiquer votre nouvelle adresse. Vous pourrez également visualiser les informations de vos sinistres, en déclarer et suivre l’état d’avancement de vos dossiers d’emprunt immobilier (délégation d’assurance, caution et prêts), mais aussi effectuer à tout moment de nombreuses démarches : changement de coordonnées (adresse, téléphone, e-mail…), de nouvelle affectation, de situation familiale ou professionnelle, de bénéficiaire, demandes d’attestations...
 

J’ai 62 ans et je suis salariée dans le privé. J’ai atteint l’âge légal mais je n’ai pas le nombre de trimestres nécessaire pour prendre ma retraite, il m’en manque 10. Puis-je quand même partir ?

Vous avez l’âge pour partir à la retraite mais votre pension ne sera pas calculée au taux plein. Comme vous n’avez pas le nombre de trimestres requis, le taux qui servira au calcul de votre pension est diminué proportionnellement au nombre de trimestres manquants : c’est la décote.

Pour chaque trimestre, la pénalité est de 1,25 %, dans la limite de 20 trimestres. Dans votre cas, le taux de liquidation avec décote sera affecté d’un malus de 10 x 1,25 % appliqué au taux, soit : 50 - (50 x (1,25 % x 10)) = 43,75.

Pour éviter cette décote, vous pouvez poursuivre votre activité jusqu’à avoir le nombre de trimestres suffisants, ou jusqu’à l’âge de 67 ans, âge légal pour la retraite à taux plein.

Découvrez toutes nos fiches pratiques sur la retraite

J’ai 75 ans et je souhaite changer d’assurance automobile mais on me dit que mon âge est un frein et qu’aucun assureur n’acceptera mon dossier. Est-ce exact ?

Souscrire un contrat d’assurance est ouvert à tous ceux qui ont l’âge requis pour signer un contrat.

Toutefois, il n’est pas rare de trouver certains contrats qui comportent des clauses contenant une limite d’âge. Cette méthode, avantageuse pour les assureurs, est interdite par la loi et peut être sanctionnée par une amende assortie d’une peine de prison. Pour convaincre un assureur de couvrir votre automobile, n’hésitez pas à mettre en avant votre longue expérience de conducteur. Les statistiques ont d’ailleurs prouvé que le nombre de conducteurs seniors impliqués dans des accidents est moins élevé que celui des conducteurs plus jeunes et que les accidents sont moins graves et moins coûteux que les autres.

Autre point à mettre en avant : votre usage modéré de la voiture. Les seniors roulent moins, donc le risque est moins fréquent, ce qui peut convaincre l’assureur.

Découvrez notre contrat d’assurance auto Tégo.

Que dois-je vérifier avant de partir en vacances à l'étranger avec mon véhicule ?

Vous devez vérifier les clauses de votre contrat ou contacter votre assureur pour savoir si vous serez couvert dans le pays de destination : les risques couverts diffèrent d’un pays à l’autre. Ils dépendent aussi du contrat que vous avez souscrit.

Vérifiez au dos de votre carte verte, si le pays figure parmi les États avec lesquels la France a signé une convention multilatérale de garantie. Si non, vous devrez souscrire une assurance spécifique, soit en France, soit en souscrivant une police à la frontière.

Si vous partez plus de 6 mois dans un pays de l’Union européenne, vous devrez demander une nouvelle immatriculation et assurer votre véhicule dans le pays de destination.

Pages