Augmentation du taux de survie pour les patients atteints d’un cancer

02/08/2017
Un médecin qui porte une blouse et un stethoscope face à un patient lors d'une consultation médicale

Depuis 1980, le taux de mortalité a baissé régulièrement. Cette diminution est plus rapide chez les hommes (– 2,9 % par an en moyenne) contre – 1,4 % par an en moyenne en 2005-2012 chez les femmes.

L’INCa explique ce phénomène par la diminution de la consommation d’alcool et de tabac, les deux principaux facteurs de risque de cancer, pour le sexe masculin. Mais des inégalités territoriales persistent : le nord de la France est plus touché par la  mortalité que la moitié sud.

Par exemple, pour le cancer du poumon, le taux est de 35 pour 100 000 dans le Lot, à 68 pour 100 000 en Meurthe-et-Moselle, chez l’homme. L’âge entre également en ligne de compte : plus le patient est âgé, moins la chance de survie est forte.

Ces chiffres pourraient être encore améliorés grâce à une meilleure prévention : 40% des cancers pourraient être évités grâce à des changements de comportement et de modes de vie.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire